Pages

dimanche 11 avril 2010

Frères, 2009


Je commençais à désespérer de me faire brasser et toucher par un film, enfin le réalisateur Jim Sheridan y est parvenu avec ce sensible et sobre ''Frères''. Une brochette de talents déjà solidement avérés, avec des noms comme Gyllenhaal, Portman et Maguire, présageait d'une belle complicité et de solides performances. Si le sujet à déjà, maintes fois, été évoqué par le cinéma américain, une autre incursion dans l'enfer de la guerre et ses effets dévastateurs sur les soldats est toujours nécessaire. Seul bémol en vue, il s'agit d'une relecture d'un film Danois, une manie que je déplore chez les américains de s'approprier les oeuvres pertinentes des autres pour les réadapter à la sauce nord américaine. Comme je n'ai pas vue cette version danoise, j'en ferai abstraction et je donnerai le bénéfice du doute à l'adaptation de Sheridan.


''Frères'' nous raconte la réalité d'une famille américaine dont le père le capitaine Sam Cahill part en mission en Afghanistan, laissant derrière lui sa femme Grace et ses filles Isabelle et Maggie. Toutes trois souffrent de l'absence de l'homme de la maison et attendent avec impatience son retour. Un jour, des soldats viennent annoncer à Grace la mort de son mari. Malgré sa tristesse, elle tente de poursuivre une vie normale, appuyée par le frère de son époux, Tommy. Sam a par contre survécu à l'écrasement de son hélicoptère et est récupéré par des troupes ennemies en plein désert. Pendant qu'il subit d'inimaginables souffrances, sa femme s'attache de plus en plus à Tommy et reprend un rythme de vie plus équilibré. Mais tout bascule lorsqu'on lui apprend que Sam est vivant et qu'il revient à la maison. Heureuse de revoir son mari, elle comprend rapidement que la guerre l'a changé; il est maintenant plus agressif et suscite la peur chez sa famille.


La guerre est tellement encrée dans le paysages américains et depuis tellement longtemps que ce type de films, bien que récurrents, sur le sujet douloureux de la guerre, deviennent nécessaires pour exorciser un mal qui ronge une nation entière et saigne sa jeunesse. Il n'y a qu'à faire un tour de l'autre côté de la frontière pour comprendre à quel point les américains sont patriotiques et appuient leur effort de guerre. Partout, ce n'est que messages d'encouragement aux ''G.I'', drapeaux américains qui flottent, messes en l'honneur des morts au front, etc... L'Afghanistan est un combat qui les dépassent, un combat perdu d'avance qui ne fait que coûter la vie à des jeunes gens, qui pensent défendre leur patrie en portant la guerre dans des contrées lointaines qui vivent dans une réalité qui n'est pas la leur. Ils reviennent comme des zombies rongés par les images d'horreur qui se sont sournoisement imprégnées dans leur subconscient et ce n'est que par le biais de la thérapie et d'un suivi qu'ils réussiront, peut-être, à s'en sortir. Malheureusement, et c'est le cas du capitaine Sam Cahill ( Tobey Maguire), le choc sera trop grand et le retour difficile. Brutal, sera aussi l'impact sur sa famille , qui s'était acclimatée, tant bien que mal, à la perte du père et du mari et avait réussi à retrouver une certaine forme de stabilité grâce à la présence réconfortante du frère de Sam, Tommy ( Jack Gyllenhaal). Les rôles se sont, en quelque sorte, entremêlés pour ces deux frères. Tommy étant le rejet social, source de honte pour un père puritain et dur, et Sam, l'enfant prodigue, qui marche dans les pas du père, lui-même ex-militaire, qui va défendre la juste cause en Afghanistan, un héros modèle. Tommy, pensant son frère mort, décide enfin de prendre ses responsabilités et devient un pilier pour Grace ( Natalie Portman) et ses deux filles qui en viennent à l'aimer comme un père. Tandis que Sam, qui a subi les pires sévices mentaux et physiques aux mains des Talibans, revient du front en perte de repères avec une immense détresse psychologique. Il n'est plus le père aimant pour ses filles et le mari attentionné pour sa femme. Une confrontation est imminente, et elle sera dévastatrice pour sa famille et son frère, qu'il accuse d'avoir pris sa place. Rarement au cinéma, on aura assisté à un drame humain aussi sobre et près de la réalité; des émotions à fleur de peau qui donnent la chair de poule. Ces hommes durs et soucieux des apparences qui se laissent aller à des émotions fragiles et une sensibilité toute humaine. Un retournement de situation où la figure de héros tout puissant perd ses repères et sombre dans la déchéance, et l'autre, une loque humaine, profite malgré lui de cette absence circonstancielle, pour s'affirmer et se découvrir des aptitudes au contact de ces 3 femmes dans le besoin.

Ce film repose évidement sur la qualité de ses acteurs qui remplissent la tâche avec finesse et passion. Tobey Maguire nous montre qu'il sait faire autre chose que jouer les super-héros. Sa métamorphose sera progressive et totale. De bon père de famille responsable et héros de guerre irréprochable, il ira choir à l'autre extrême, dégringolant les échelons progressivement, jusqu'au ''bad trip'' final. Il perd sa contenance et son aplomb tant les souffrances inhumaines qui lui sont imposées par ses geôliers Talibans heurtent sa force d'âme et son corps. Il reviendra métamorphosé d'une guerre qui n'est plus la sienne, avec un corps émacié, des yeux hagards et une sourde rage qui ne demande qu'à exploser. Tout le contraire de son frère, interprété par l'excellent Jack Gyllenhaal, qui représente avec Maguire la nouvelle garde du cinéma américain. Une solide performance, toute en retenue, où seuls les yeux témoignent des bouleversements intérieurs. Natalie Portman joue une mère digne qui doit garder contenance et s'occuper de ses deux jeunes filles, elle est bouleversante d'authenticité. Ici, aucun mélodrame en vue, juste des émotions vraies et normales, comme souvent, en de telles circonstances, le deuil peu prendre du temps à s'installer, passé le choc initial. Une mention spéciale aux deux jeunes actrices: Bailee Madison et Taylor Geare, à qui on a donné des mots d'enfants et des personnalités enfantines normales, ce qui ajoute crédibilité aux dialogues et qui a permis une scène mémorable, où les fillettes confrontent leur père.


Malgré de nombreux films sur les atrocités de la guerre, dont les extraordinaires: ''Deer Hunter'', ''Platoon'' et peut être aussi ''Dans la vallée d'Elah'', on constate que les mentalités ne changent pas vite et que les États-Unis hébergent un peuple guerrier, fier de cette tradition militaire. Des jeunes soldats, mal préparés et endoctrinés, partent semer la mort dans des conflits qu'ils ne comprennent pas, pensant agir pour le bien de leur pays qui n'est aucunement menacé par les peuplades aux moeurs ancestrales d'Afghanistan ou d'Irak. Ce film fera peut-être réagir, et souhaitons que des instances soient mises en place pour le ''débriefing'' des hommes et femmes qui reviennent heurtés et incomplets d'une guerre inutile.


Cinéma Critique donne un Excellent: 8/10

5 commentaires:

Al Capitaine a dit…

J'attends avec une fébrile impatiente que ce film sorte en dvd pour bientôt! Surtout que j'ai vu peu de films de Sheridan, mais celui là m'a l'air fort intéressant! Le sujet me fait, d'ailleurs je peux me tromper, me fait penser au documentaire de Michael Moore "Farenheit 9/11" non? au sujet des hommes qui quittent leur familles pour partir en Irak... mais bon!

J'aime beaucoup Jake Gyllenhaal, vu dernièrement en tout cas le dernier film que j'ai vu de lui c'est "le zodiac" et "brockeback mountain" Je me souviens de la promo qu'il avait fait à Cannes en 2007 pour zodiac avec ruffalo sur un plateau tv! C'était totalement baré et déjanté question déconnade!

Bon Nathalie portman rien à dire : c'est une bonne actrice, et ce depuis Léon de Luc Besson, et peut être future grande cinéaste, elle fait ses débuts question technique!

Tobey Maguire, je l'adore depuis gamin, quand je l'avais vu dans Speeder-Man!

Vincent, le dernier film que j'ai vu sur les attrocitées de la guerre c'est "valse avec bashir" : troublant et d'une très grande noirceur!

@ très bientôt!

Al Capitaine a dit…

J'attends avec une fébrile impatiente que ce film sorte en dvd pour bientôt! Surtout que j'ai vu peu de films de Sheridan, mais celui là m'a l'air fort intéressant! Le sujet me fait, d'ailleurs je peux me tromper, me fait penser au documentaire de Michael Moore "Farenheit 9/11" non? au sujet des hommes qui quittent leur familles pour partir en Irak... mais bon!

J'aime beaucoup Jake Gyllenhaal, vu dernièrement en tout cas le dernier film que j'ai vu de lui c'est "le zodiac" et "brockeback mountain" Je me souviens de la promo qu'il avait fait à Cannes en 2007 pour zodiac avec ruffalo sur un plateau tv! C'était totalement baré et déjanté question déconnade!

Bon Nathalie portman rien à dire : c'est une bonne actrice, et ce depuis Léon de Luc Besson, et peut être future grande cinéaste, elle fait ses débuts question technique!

Tobey Maguire, je l'adore depuis gamin, quand je l'avais vu dans Speeder-Man!

Vincent, le dernier film que j'ai vu sur les attrocitées de la guerre c'est "valse avec bashir" : troublant et d'une très grande noirceur!

@ très bientôt!

Anonyme a dit…

Flash back de pearl harbord, malgré tout le choc post-traumatique ainsi que le retour à la maison de jeunes soldats semblent deux sujets remplis de promesses,
j'ai bien hâte de voir!

Anonyme a dit…

À noter que, quand bien même son film est une réussite (8/10), Sheridan n'a pas inventé grand chose. Puisqu'il s'agit d'un "copiage" ou disons plutôt un "remake" du puissamment beau Brodre AKA Brothers (9/10) de l'excellente SUSANNE BIER !

Étonnant que tu ne parle pas de ce point essentiel sur ton papier.

Wolvy.

Al Capitaine a dit…

Que deviens tu VINCENT ???