Pages

dimanche 28 mars 2010

La Saga Twilight: Tentation 2009


Il fallait passer par là, malheureusement, la série Twilight connaît un vif succès et quelques fois il faut crever l'abcès et connaître soi-même ce qui émoustille autant les adolescentes pré-pubères. Je m'étais presque pris au jeu du premier opus: une excellente trame sonore, des décors naturels somptueux( l'état de washington) et une histoire pas si mal qui ne tombait pas trop dans l'histoire d'amour mièvre. Le second volet n'a pas les charmes du premier et passé la première surprise, force est de constater que la qualité a chutée d'un cran.


Résumons l'histoire rapidement, pour ceux qui désirent néanmoins se plonger dans l'univers des livres de Stephenie Meyer, ''Success Story'' sans précédent, cette saga à fait vendre 18 millions de copies à présent. Bella Swan (Kristen Stewart) est démolie par le départ abrupt de son amoureux, le vampire Edward Cullen (Robert Pattinson), mais elle retrouvre une raison de vivre grâce à son amitié grandissante pour l'irrésistible Jacob Black (Taylor Lautner). Soudainement, elle est attirée par le monde des loups-garous, ennemis ancestraux des vampires, et donc voit sa loyauté mise à l'épreuve.

Pour moi, le mot vampire évoque un passé trouble de l'Europe de l'est, à l'époque médiévale, dans des châteaux nichés sur des escarpements rocheux imprenables. Dans les forêts sombres des Carpates en Roumanie ou en Transylvanie, où des tyrans sanguinaires comme Vlad Tepes ou Elizabeth Bathory étripaient et faissaient couler le sang à flot. J'ai été initié aux vampires à travers l'oeuvre grandiose de Bram Stoker et son fabuleux Dracula, porté à l'écran par Copolla. Plus récemment, la formidable saga d'Anne Rice: Chroniques des vampires, dont le premier tome immortalisé à l'écran par Tom Cruise et Brad Pitt, Entretien avec un vampire, restera la référence absolue du genre vampire romantique jusqu'à ce moderne et disgracieux Twilight. Bon, j'ai établi mon camp, je fais parti de la veille garde, réfractaire à voir les vampires et autres loups-garous, infester les lycées et cueillir les jeunes filles vierges de leurs amourettes centenaires, ce qui en fait des pédophiles accomplis! Je comprend le procédé de dénuder les torses musclés des gamins loups-garous, pour créer l'émoi des jeunes filles, mais faudrait pas abuser du pain béni. Ces créatures de l'ombre, buveuses de sang, travestis en ''sex-symbol''? Pourquoi pas après tout, mais ça en fait un peu un film de filles. L'histoire d'amour et le triangle amoureux qui s'établit entre Jacob, Bella et Edward emplit l'écran et occulte trop vite la trame principale de l'histoire, la vengeance de la rousse Victoria et la rivalité entre loups-garous et vampires. Les rares scènes d'action: combats entre le clan Cullen ( vampires) et la meute de Sam ( loups-garous) et le face-à-face avec les Volturi, ancestrale et terrifiante famille de vampires qui règnent en quelque sorte sur ceux de leur race depuis Volterra, en Italie, rehaussent le film par des effets spéciaux de qualité et un peu d'action qui n'est pas de trop. Je ne peux pas juger de la qualité des livres qui ont au moins fait apprécier la lecture à des ados( c'est déjà ça!), mais cette adaptation cinématographique de Chris Weitz, s'adresse aux jeunes filles qui rêvent au prince charmant. C'est une idylle, bien impossible, car les gamins de 12 ans et des poussières ont autres chose, heureusement, en tête que de faire la cour à des gamines en pâmoison. Bella, cette cruelle manipulatrice, est un bien triste exemple pour la jeunesse, elle préfère son cadavre blafard et mollasson à cet énergique enfant-loup à la poitrine virile, bien plus apte à la défendre.

Nous voici au coeur de l'épineux problème de ce grand classique des films romantiques: son jeu d'acteur. Minable est un bien grand mot et c'est mesquin pour tout le travail que ces jeunes acteurs ont du déployer pour rendre crédibles des personnages si grandioses. Bella, ce lamantin éperdu d'amour, se noie dans un océan de solitude depuis le départ de son vampire végétarien Edward. Certes, Kristen Stewart à des beaux yeux langoureux, sont-ils fait que pour luire d'un éclat terne et mélancolique? Edward, Robert Pattinson, cet être qui brille comme un diamant ''cheap'' semble possédé qu'un registre: la droiture, la fidélité et la chasteté du preux chevalier servant indéfectible et amoureux, ce qui le rend incommensurablement ennuyeux et prévisible. Jacob Black, Taylor Lautner, le sportif cool du lycée, musclé, mécanicien émérite, défiant et protecteur, il semble être un partit bien plus prometteur pour Bella qui doit choisir entre l'odeur de chien mouillé en rut, ou pas d'odeur du tout et jouer les cathéters vivants, choix déchirant, n'en douté point! Bon, il y a bien cet Aro, chef des Volturi, qui ressemble à Yves P. Pelletier de Rock et Belles Oreilles ou encore cette indécrottable Dakota Fanning qui a, finalement, décidée de vieillir, elle interprète Jane, membre d'une congrégation italienne dédiée à préserver le secret de l'existence des vampires. Ces deux-là rehaussent le jeu, un tantinet, par leurs courtes mais bien intenses présences.










C'est vrai que je ne suis pas le public cible de la saga Twilight, qui est peut-être une excellente série de roman, j'ai quand même le droit de me prononcer sur les qualités et défauts du film. Avant de me lapider sur la place public parce que je dénigre ce qui est intouchable et culte pour une génération d'ado, il faudrait comprendre que j'aime l'univers des vampires et je souffre de voir ce terreau fertile réduit à une banale histoire d'amour adolescente, dans un univers actuel peu crédible. Twilight n'est pas un flop total mais il ne redonne pas ses lettres de noblesse à l'univers fantastique des suceurs de sang.



Cinéma Critique, doit se résoudre à octroyer un maigre: 6/10


3 commentaires:

Anonyme a dit…

Evidemment, ayant lu les 4 tomes, les films paraissent bien fades à côté, même si je ne suis pas franchement d'accord avec ce flot de critiques... L'univers du livre n'a pas vraiment été respecté, ils l'ont réduit à une histoire mièvre sans toute la dimension psychologique des bouquins.
Bref, je ne m'eterniserais pas et ne peux que vous conseiller de lire les livres afin de vous rendre compte de la richesse de l'univers de Stephenie Meyer !

vincent a dit…

Ouais, pourquoi pas, même si à mon humble avis c'est des bouquins de jeunes filles. Quand j'aurais finis l'interminables série Millénium pas toujours palpitante, le magnifique Un monde sans fin de Ken follet qui lui non plus n'en finit plus et que je me serais tapé les harry poters que j'ai jamais lu...ouf pourquoi pas!? Quand au film j'y suis pas allé de main morte avec ma critique, peut-être un peu sévère malgré qu'il existe 5 autres niveaux sous le 6/10 ce qui le classe dans la moyenne supérieur des films!:)

Anonyme a dit…

http://inmyheadandinyours.blogspot.com/ Mon blog où je donne mon avis sur twilight !
Pour tentation, personnellement j'ai beaucoup accrochée au debout et j'en suis devenue Fan et petit à petit je me suis rendue compte à quel point sa tombait dans le pathétique ..